Adagio

von Emanuelle Delle Piane

A-t-on trouvé meilleur révélateur que la mort pour réévaluer son désir de vivre? Parfois le suicide n'est plus si urgent, surtout quand on a retrouvé goût au champagne, qu'on n'a pas encore déniché la tenue idéale pour sa dernière bière, ou qu'on craint d'être entouré par des voisins d'éternité peu recommandables…

Sur le ton de la comédie à l'italienne, Adagio nous parle de la mort en neuf «dramolettes» tragi-comiques et deux brèves funèbres. La mort, celle que l'on prépare, que l'on attend, que l'on côtoie volontairement, que l'on organise méticuleusement alors qu'on est encore bel et bien vivant. La mort, celle de connaissances ou de proches. Celle à laquelle on pense souvent ou parfois. Celle qui tourmente ou simplement inquiète les vaillants bien vivants. Comment composer avec elle, sinon par facétie? Mieux vaut encore la narguer pour la regarder en face ou la tenir à distance. Elle s'octroie une place de toute façon… alors autant l'inviter à danser !

En savoir plus

Historie des Stücks

  • Maison de quartier de Chailly Première suisse Laurent Gachoud 2012
  • Teatro della Tosse, Gênes (Italie) Traduction italienne de Marco Cappelletti (ADAGIO) Yuri d'Agostino, Elisa d'Andrea, Elisabetta Granara, 2014
  • Teatro della Tosse, Gênes (Italie) Emanuele Conte 2019
  • Théâtre du Clos-Bernon, Courtelary (Suisse) Nathalie Sabato 2019